Spectacles

  • PROCHAINES REPRÉSENTATIONS:
  • Samedi 13 octobre à NEUVIC (24) "un drole d'oisif"
  • Vendredi 26 octobre 17h C.E SNCF Hendaye
  • Vendredi 16 novembre 18 h C.E SNCF PAU
  • Vendredi 16 novembre 20h30 à NAVAILLE ANGOS (64) "et plus si affinités"
  • Jeudi 29 novembre 2012 20h30 Bayonne salle albizia "et plus si affinités" réservations 06 74 31 42 86
  • Dimanche 30 décembre 20h30 Bayonne Luna negra "Un drôle d'oisif"
  • Lundi 31 décembre 20h ET 22h BAYONNE La luna negra "Un drôle d'oisif"
Après
la
100eme

d'UN DRÔLE D'OISIF,



retrouvez

quelques articles
et
une vidéo

enregistrée au colisée (Biarritz)

( et Merci à L'Azile pour le lien)

"Sud ouest Landes" Samedi 17 septembre 2011

Les Nuits d'été et du rire du Pays d'Orthe



Jean-François Balerdi, recherché pour « abus de rire ».

Vendredi dernier à Bélus, un vent de légèreté et de bonne humeur soufflait en cette soirée à la température estivale.
Les premiers à y contribuer furent le trio collectif CA-Ï et son style très riche de faire revivre les contes et histoires d'antan.(...) Puis en deuxième partie, il fallait prendre place dans le réfectoire de l'école aménagé en salle de spectacle et là, le coup de grâce fut porté par Jean-François Balerdi avec des extraits de sa création « Un drôle d'oisif ».
La vitesse supérieure
Seule une paralysie faciale grave pouvait empêcher les « Nepoistes » (1) de rire : en effet, par le biais de ses sketchs, l'artiste a tout fait pour que son public ne se lasse pas voire en redemande. De son souhait « d'être incinéré par les pieds pour ne pas avoir froid » au racisme des arbres, ce fut plus d'une heure de bonheur et de plaisir d'assister à un véritable numéro de voltige littéraire. Les textes sont drôles, à double sens, très près de l'actualité et toujours d'une extrême correction avec un final partagé par le public : l'alphabet, un abécédaire du comique et de la bonne humeur.
Dans un lieu original choisi avec soin et très adapté à ce genre de double représentation, on a semble-t-il passé la vitesse supérieure en matière d'organisation, tout en préservant l'essentiel pour proposer un panel le plus large possible au niveau de la programmation. L'objectif étant de faire découvrir des talents aux Orthois. Et ce pari est réussi.
Claude Laplace (1) Nepo : Nuits d'été en Pays d'Orthe.
"LaRépublique des Pyrénées"Mercredi 16 février 2011 Billère
Balerdi, « oisif » au service d'une plume

Seul sur scène avec ses mots : une très belle prestation de Jean-François Balerdi.

Le propre des grands artistes est de donner le meilleur devant 20 personnes comme si elles étaient 200. Jean-François Balerdi est de ceux-là. Invité par l'Association des familles de l'agglomération paloise (Afap) vendredi 11 février à la salle Robert-de-Lacaze, le Bayonnais, actuellement en tournée du côté d'Avignon, a interprété sa dernière création, «Un drôle d'oisif» à un rythme époustouflant, jouant des mots avec une dextérité à la Devos, que le thème porte sur le racisme, l'exclusion ou la vie à deux.

LE MIDI LIBRE (Nimes) 15février 2011 Jonquières-Saint- Vincent
Jean-François Balerdi a donné une leçon de mots aux Senioriales.Il a donne une représentation de son spectacle d'humour aux Sénioriales , jeudi10 février Une bonne quarantaine de personnes s'est retrouvée au club-house pour apprécier cette soirée. Grâce a sa verve et son enthousiasme communicatif, ce Bayonnais d'origine a su transporter le public Dans une atmosphère chaleureuse, ce virtuose a sublime par sa maîtrise des mots et son jeu de plume Ses images, ses toiles d'idées, ont enchante les spectateurs. Le public s'est senti une fibre écologique a travers la vie d'un arbre et ses vicissitudes corsées Puis tous ont pu participer a un voyage dans le temps (de nos jours a la Révolution) en toute dérision.Des parallèles imagés entre les automobiles et la vie ont poursuivi la réussite de son lexique maîtrisé. Son one-man-show et sa présence scènique ont fait mouche. Sourires et rires se sont enchaînés Le maître des mots Balerdi a trouve sa complice dans le public en la personne de Suzanne. Ses crises de rire et son naturel jovial ont été l'illustration du succès de cet humoriste pétri de talents II a fini avec brio L'Amour en toutes lettres, un autre texte, tout en partage avec son auditoire Cette convivialité s'est achevée autour du verre de l'amitié, un moment ou l'artiste Balerdi a remercié l'énergie de son public Cette soirée fut un moment de communion entre les spectateurs et l'humoriste Jean François Balerdi, un agitateur de mots




(photo: Chantal Destribats)
FAIT D'HIVER: " j'ai fini l' année à l'Azile......et je me suis régalé"

Gare à Balerdi, ce « Drôle d'oisif »

Jean-François Balerdi est seul sur la scène de l'Azile demain soir et à guichets fermés pour le réveillon

Jean-François Balerdi serait à la fois l'enfant caché de Raymond Devos, le fils naturel de François Morel et, surtout, le clone d'un Bourvil à peine génétiquement modifié. En effet, son personnage joue autant avec les mots, les maux du siècle et les objets qui l'entourent.

Le public s'extasie ainsi devant ce SDF qui manie les sacs-poubelle multicolores comme des petites balles. Néanmoins, une question demeure en cette fin d'année. Est-il l'hôte parfait avec qui passer un bon réveillon ? Une centaine de spectateurs doivent le penser puisque le one-man-show affiche complet pour les deux représentations de vendredi soir, veille de Saint-Sylvestre. Pour les aficionados de l'artiste en jaune ou ceux curieux de découvrir sa deuxième œuvre de ce « Drôle d'oisif », la représentation de demain sera la dernière opportunité des années 2000.

SUD OUEST La Rochelle mercredi 29décembre2010

je vous souhaite une année 2011 haute en couleurs,
pleine de rires, d' envies et de bonheur
Un drôle d'oisif continue en 2011... ... et plus si affinités.... ... aussi

"Et plus si affinités" le bien nommé, est le spectacle que Jean François Balerdi a présenté vendredi soir dans les caves voûtées du château , le deuxième volet des "Envoûtantes" . L'entrée délimitée par de petites bougies , les caves voûtées en pierre taillées et malgré un éclairage récalcitrant l'artiste entrait en scène , ou plutôt en phrases . Que n'a ton pas dit sur ce virtuose des mots , architecte grammatical et bâtisseur d'histoires . Jean François nous entraîne avec conviction dans un univers imaginaire , un monde ou les voitures pensent comme les humains , les arbres pratiquent le racisme , les chaussures d'occasions pétrissent la personnalité et la vie de famille ressemble à l'aventure économique .

"Un grand tiers" de talent

"Un tiers de clown , un tiers d'humour , un tiers d'imagination et alors un grand tiers de travail " ont créé ces 1h30 de bonheur , de rires et de saveurs humoristiques ou cet "oisif laborieux" a réussi le tour de force de faire rire grands et petits avec en tempo , quelques "instants de calme dans le verbe " , juste le temps de la digestion intellectuelle .

Un faux clown , un faux oisif , de faux arbres et des chaussures à vraie-fausse personnalité , Jean François est certainement une sorte de cocktail artistique dont la seule chose de réelle est le talent affirmé d'un témoin-observateur de la vie des hommes qui pratique avec bonheur un art séculaire : la parabole .

Claude Laplace correspondant « SUD-OUEST » Pays d'Orthe 08/11/2010





Six mois après être sorti de son (deux mille) neuf, le drôle d'oisif continue de voler de succès en succès. Merci à la presse de s'occuper de mon cas ( voir plus bas) et au public de venir si nombreux.
J.F Balerdi– Acte II : « Un tourbillon enivrant »

« Et plus si affinités » était le titre du premier spectacle de Jean-François Balerdi.
Il s’en était remis à l’avis du public alors qu’il ne pensait jouer qu’une dizaine de fois son premier One Man Show. Après 150 représentations de ce « Tour de texte » aussi délicieux que flamboyant, les affinités avec le public devinrent tellement évidentes que ce fut une formidable motivation pour remettre sa plume à l’ouvrage.
Ecrire un second spectacle fut un nouveau challenge et le jouer un plaisir qu’il nous fait partager aujourd’hui.
« Un drôle d’oisif » est construit sur les mêmes fondamentaux que l’acte précédent : le langage que l’on peut triturer dans tous les sens pour en tirer sa substantifique moelle poétique et fantasmagorique, l’humour qu’il faut pratiquer sur tous les sujets et dans tous les registres, le tout servi par un jeu de scène qui n’a aucun secret pour un type qui joue la comédie depuis vingt-cinq ans.

Mais si les ressorts sont les mêmes, la mécanique est encore plus huilée.
Comme pour un musicien qui se bonifie à force de pratiquer son instrument, la continuité de sa présence sur les planches lui a donné l’aisance qui sied aux meilleurs.
Il ne se contente plus de son « obsession textuelle » qui lui fait parler du rire comme d’un « syndrome de béatitude syntaxo-zygomatique » mais ajoute le geste à la parole, jonglant avec les poches multicolores que le SDF, dont il nous compte « La vie en miettes », extirpe de sa poubelle du jour. La télé devient « une lucarne sur le vide », la mort une putain irrespectueuse à force de « harcèlement» et Dieu n’y retrouve même plus ses anges quand Balerdi le confond avec sa femme.
Ce tourbillon enivrant l’amène à jouer un sketch avec les spectateurs et on ne sait trop si cet « amour en toutes lettres » est une dédicace au public qui l’a définitivement adoubé ou au vocabulaire dont il se repaît voluptueusement.
Dans la tradition de personne d’autre, si ce n’est de Devos pour le fantastique, la poésie et la présence scénique, Jean-François Balerdi, loin des guignolos de la télé-poubelle et autres apprentis farceurs, s’affirme comme un grand de la scène humoristique actuelle.
Maintenant qu’il remplit les cabarets et les théâtres de quartiers, souhaitons que les édiles culturelles lui offrent de se produire dans des salles à la mesure de son talent. Bravissimo !

Philippe VINCENT. (Jazz Magazine) novembre 2009
***********************************************************************************
« Samedi dernier, Garrey ouvrait son cabaret pour une soirée très française avec Jean-François Balerdi. Depuis 2003, il tient la scène avec sa chemise, ses chaussures jaunes et ses sketches où le rire frôle l'émotion à chaque réplique. Qu'il disserte sur la mort, se désole de la maladie du rire ou récite son drôle d'alphabet, Balerdi frappe juste avec un bon sens aiguisé et une belle jubilation à mordre dans les mots autant que dans les préjugés. Auteur : Annie Quillon « SUD OUEST LANDES 31 novembre 2009 »
********************************************************************************
http://www.paysbasqueinfo.com/ Semaine du 04/01/2010 - Culture

Facteur Humain :
Le "comic out" de Jean-François Balerdi
Écrit par Michèle Solle

Etrange comme un type aussi peu représentatif peut vous remuer une salle !
Celle de La Luna Negra, les deux dernières soirées de l’an 2009 en l’occurrence (mais il continue de se produire ailleurs.) Quadragénaire au physique tolstoïen, (« guère épais », comme il se définit lui-même). L’œil et le geste vifs, il est atteint d’une maladie orpheline que lui ont refilée ses parents : rire de tout.
Maladie soignée « par les planches ». Qu’il investit goulument, ailes déployées, sautillant de mot en mot, crête en éveil, regard aux mille facettes, bec happant l’air, yeux dans le dos, papilles au bout des doigts, bras sémaphoriques. Et puisque « plus on est de fous, plus on guérit… », les salles se remplissent spontanément, sans grand ramdam !
Jean-Francois Balerdi, est un homme, « extraordinairement banal », facteur de son état, qui se joue des lettres et des mots depuis ? …qu’il est petit, asthmatique et condamné à des longues absences. A son retour à l’école, le pitre, amoureux de la vie, doit mettre les bouchées doubles. Et écrit…Gotlib, Buster Keaton, Charlie Chaplin, Tati, Keaton, Pierre Dac, Alphonse Allais, compagnons d’un parcours pacifique qui le mène du lycée climatique d’Argeles-Gazost où il découvre le théâtre, à la Compagnie du Message à Paris où, tout en travaillant à la Poste, il fait de longues et fructueuses classes, en passant par de clownesques prestations. Pour, en 96, à son retour au pays, rencontrer les Chimères et suivre pendant 3 ans, les cours de Jean-Marie Broucaret et de Guy Labadens. Coup de bol pour un garçon qui manque d’air !En 2003, cet admirateur de François Morel, pour qui Humour est fils naturel d’Humain et d’Amour, prend son envol : « Comédien seul sur scène cherche public pour un soir… Et plus si affinités. » Comment résister ? Le public réalise qu’il est « quelconque de bien » ; il s’ébruite dans le pays qu’une dose de ce chant là vous aère les boyaux de la tête.En juillet 2009, c’est Drôle d’Oisif, son deuxième spectacle. Et on compte désormais de nombreux contaminés. Objets de délires : tous sujets, la vie, la mort, l’amour, la religion, toi, moi, l’autre… Moyens de transports, (en commun, bien sûr) : les mots, saisis, mirés, retournés, éclairés, dépiautés, explorés, débusqués, démasqués, magnifiés, caressés, réhabilités, enchantés, encensés et qui vous mènent loin, derrière des portes que vous ne supposiez même pas…Enfin, le paquet cadeau : une gestuelle de chasseur de papillons, qui fait mouche ! Quelques pépites pour la mise en bouche : « je me suis athée vers l’église », « elle a posé son sac amen », à propos des HLM : « un taudis, deux taudis, sitôt dit, sitôt fait… » En 2010, on peut éteindre fermer, traquer cet homme gai, (il hantera encore quelques salles du coin) et l’écouter faire son comic out !
************************************************************************************
« ...drôle, sensible, volontairement maladroit et généreusement joyeux...
Un spectacle de mots lancés comme des fusées multicolores, un feu d'artifice ...»

« SUD OUEST Landes 28/11/2009 »


Attention, vous avez devant vous: " UN DRÔLE D'OISIF"

le nouveau one man show de Jean-François Balerdi

"Jean-François Balerdi est un drôle d’oisif.
A la plume ébouriffante et à la langue bien pondue.
Et qui sort de sa coquille pour rire aux …éclots.
Oiseau mi-gratteur, là où ça fait mal , il s’envole à rire d’ailes et nous emporte à la découverte d’ un univers complètement fêlé : Le notre ( !?)
Un univers à part, fantastique et quotidien, horriblement drôle, sérieusement absurde, et monstrueusement poétique.
Un monde craquant, unique, fragile et gigantexte où son humour à fleur de peau et sa sensibilité à fleur de mots font des merveilles.
Après « Et plus si affinités » , unanimement salué (et toujours en tournée) , venez assister à l’éclosion d’un talent original, humoriste en verbes et humaniste en verve.
Un comique de haut vol qui, d’un coup de patte, de griffe ou de plume, transforme, avec bonheur, nos petites fêlures en irrésistibles tremblements de textes !"

La création officielle de ce nouveau spectacle a eu lieu du
mercredi 24 juin au samedi 4 juillet à "la luna negra" à Bayonne,
(un très joli succès, plus de 600 spectateurs et de retours très chaleureux)

et pour vous mettre l'eau à la bouche , voici l' article paru dans "SUD-OUEST" Landes; le mardi 21 avril 2009:
"ORIST.
Un grand Monsieur
Ce vendredi, le président du Comité des fêtes d' Orist M. Viaud a eu l'excellente idée d'inviter Jean-François Balerdi qui a prodigué
un cours de voltige grammaticale, véritable leçon d'humour français.
Un fond noir, un bout de carton, une poubelle et quelques sacs plastiques sont le décor du spectacle de cet homme qui rappelle un certain Raymond Devos, virtuose des mots.
Ce père de deux enfants, du haut de ses douze ans d'expérience, a
séduit le public avec son humour décapant, tantôt noir, tantôt désopilant.
L'amour des mots

Une très bonne imitation des comiques actuels ou disparus, un poème d'une tendre drôlerie partagé avec le public, une étude savoureuse sur l'ego masculin, de nombreux thèmes évoqués comme le racisme vu côté végétal africain, le quotidien d'un SDF, la dépendance suave aux médias, la vie ubuesque des couples :
ce Bayonnais de naissance manipule l'adverbe, caresse les phrases, joue des silences, partage son amour des mots et de la dérision, souligne la « petiterie » de l'homme mais aussi son génie.
Ce one-man-show est un feu d'artifice grammatical et une leçon de correction
: en effet, pas un mot grossier durant les deux heures de spectacle, seulement du français de haute tenue que les jeunes enfants et leurs parents présents dans la salle ont pu apprécier.
Le public d'Orist a ovationné cette quasi première du nouveau spectacle de Jean-François Balerdi.
Quelques crêpes et des boissons ont mis un point final à cette soirée que l'artiste a partagée avec son public, répondant très gentiment à toutes les sollicitations des uns et des autres... avec à la clé des félicitations unanimes bien méritées.
En fin de compte, ce n'est pas « l'histoire d'un mec », c'est plutôt « l'histoire d'un Monsieur ».
Auteur : Claude Laplace
REVUE DE PRESSE : REPU D'IVRESSE!
Les dernières représentations ont été très appréciées du public et de la presse (lire ci-dessous)
Des encouragements à continuer .
Et , avant la création du nouveau spectacle (en 2009) Rendez-vous le mercredi 17 décembre à "la luna negra" à Bayonne, pour la dernière !
( à moins que...)
********************************** **************************
UN PETIT BIJOU DE FINESSE!
Ce weekend, sur la scène du cabaret d'automne de l'association culturelle et sportive, Jean-François Balerdi a traité les sujets les plus divers, en évitant les clichés. Au gré de son périple buissonnier, il a croisé un marchand de chraussures d'occasion, des arbres x énophobes, une maman ultra-libérale, un truc en plume, le regretté Bourvil, des militaires pacifiques dont " la bombe anatomique" provoque une explosionde joie et même Rossini et autres personnages
historiques célèbres.
Autant de rencontres surprenantes, insolites, émouvantes et comiques.
Dix sketches les plus farfelus et les plus atypiques s'enchaînaient sans que l'on sache où l'on allait : scènes d'amour , parodies, personnages espiègles et insouciants jetés dans monde sans pitié. Au cours des deux représentations du cabaret version 2008, les spectateurs gaassois, toujours aussi fidèles au rendez-vous, ont ainsi savouré le one-man-show de Jean-
François Balerdi, petit bijou de finesse dans le quel I'artiste a le don de traquer les détails et de toucher le coeur.

M. D.******************Sud-Ouest jeudi 4 décembre 2008 **********



CAMIADE SOUS LE CHARME

Un grand artiste est né.
Ce dernier samedi l’”Association demain Saint-Martin” présentait le fantaisiste, poète, écrivain, acteur Jean François Balerdi. Cet artiste avait été notamment révélé à l’occasion du Festimai voici quelques années.S’il est vrai que plus d’une centaine de spectacles sont aujourd’hui à son actif il semble tout aussi urgent que Jean François Balerdi accède au plus vite au niveau supérieur. C’est une place nationale qu’il mérite... Et que son public mérite…
Ce véritable poète des temps modernes écrit lui-même tous ses textes: l’importance des mots avec lesquels il joue est prépondérante dans tous ses sketches.S’il mérite d’être comparé au grand “Raymond Devos”, il est important d’observer que ses écrits sont plus forts et que les jeux de mots ne lui suffisent pas…
En avance d’un jeu par rapport à son public il galvanise et étonne par ses changements de rythme.Du terre à terre au délire,du calme à la tempête, il nous emmène dans son univers et il fait toujours bon le suivre!Messieurs les organisateurs de spectacles ou autres découvreurs de talents faites vous connaître.
Jean-François,ne prends pas la grosse tête et viens présenter ton nouveau spectacle aux Saint-Martinois dès qu’il sera prêt. A bientôt petit prince!
Claude Paucton******************Sud-Ouest 30 octobre 2008 *********

"Il y avait le "facteur cheval" et son surréalisme devenu légendaire. Il y a aujourd'hui le "facteur Balerdi" Jean-françois, de son état, postier à Bayonne, poète et témoin avisé d'une société où l'ubuesque devient la normalité.
Du coup, le jeune homme se prend à écrire. Textes ciselés, sens de la litote, du rythme, verbe ravageur. On se prend même à songer à la puissance évocatrice d'un Raymond Devos. Les professionnels ne s'y trompent pas. Très vite, Balerdi "chauffe" les salles.
Récemment, il assuré la première partie du spectacle de Bosso. Fan inconditionnelle, une membre du comité des fêtes d'Orist l'a abordé et lui a soumis modestement une proposition de prestation pour Orist (537 habitants)
Le facteur n'est pas un marchand du temple. C'est un artiste. Un poéte, un vrai. Il a offert un epoustouflant one-man-show aux specatteurs aussi ébahis qu'hilares. Tour à tour, revigorant, tendre ou irrésistiblement drôle, ce doux dingue est passé, d'un trait de plume, du rire aux larmes. Emotion garantie, les Oristois ont eu leur moment de salutaire folie et ne demandent qu' à revivre dans cet univers unique."

article paru dans "SUD OUEST" (Landes) du mardi 04 mars
(d'autres articles se trouvent en bas de page de ce blog)


Encore 4 belles soirées en perspective:

Le jeudi 27 mars,à 21h, je reviens (encore une fois et avec toujours autant de plaisir) sur la scène de "La luna negra" à Bayonne.
Cette soirée jouée sera au profit de "la luna negra".
réservations au 05 59 25 78 05.
Plus de renseignements sur http://www.lunanegra.info/

Samedi 29, à 21 h, autre retour, sur la jolie scène du "Carton à chapeau" à Montfort en Chalosse
(rés: 05 58 98 45 61 ou 05 59 97 90 07)

Et enfin, pour la première (et la deuxième ) fois j'aurais le grand plaisir de jouer à Cournon (63) sur la scène de "La baie des singes"
les vendredi 4 et samedi 5 avril.
renseignement: http://www.baiedessinges.com/

En espérant partager, comme à Orist, un grand moment de bohneur

J.F BALERDI au THEO THEATRE à PARIS EN 2007

Invitation à L’humour

Après plus de 100 représentations en province saluées par la presse
(voir plus bas) ;
plus de 10000 spectateurs,
Et pour la 1ère fois sur une scène parisienne,
JEAN-FRANCOIS B A L E R D I
est au
THÉO THEATRE
dans
"comédien
seul sur scène
cherche public pour un soir ...
...et plus si affinités"

Samedi 26 , Dimanche 27 , Lundi 28 Mai à 19h30
Mardi 29 , Mercredi 30 , Jeudi 31 Mai à 21h30




Venez rencontrer
un humoriste profondément original,
qui joue avec les mots et jongle avec l’imaginaire.

Clown et Poète,
il pose son drôle de regard sur le monde qui nous entoure
et nous entraîne avec simplicité dans ses histoires les plus folles.

D’un trait de plume,
il passe des larmes au rire,
aborde à sa façon, la guerre, le racisme, l’insécurité, le chômage…
…mais nous parle aussi d’amour, de maternité, de famille…

Venez découvrir un spectacle revigorant,
un petit bijou d’humour et de tendresse,
aux textes ciselés, à l’univers unique.

Et venez partager un moment de fraîcheur, de poèsie, de folie…
…et plus si affinités

Le THÉO-THÉATRE 20, r le THEOTHEATRE, 20 rue TheodoreDeck-75015 Paris
M° Boucicaut , Convention ou Porte de Versailles
Places : 10, 8 et 5€ Réservations : 01 45 54 00 16
Réductions sur : http://www.billetreduc.com/

Revue de presse

-« une promenade dans les allées de l’esprit avec , en fond, un vent d’ironie, une tornade de mots et un souffle de tendresse. A voir absolument. » ---- (Sud ouest 29 avril 2005) --------------------------- ------------------------------------- « … Le résultat est superbe. En une dizaine de sketches d’une écriture superlative, Jean-François Balerdi nous emmène voyager autour d’un monde de rêve et de réalité où le rire le dispute à l’émotion. Il a le fantastique et le surréalisme de Devos, la poésie acidulée de Desproges, le parler cru de Carlier et le sens du texte de Vialatte. Autant dire qu’il ne va pas chercher ses références dans la bouillie verbeuse et racoleuse des amuseurs ordinaires de la télé poubelle. Pendant une heure et demie Jean-François Balerdi joue avec les mots et les situations pour notre plus grand plaisir. Courrez voir son spectacle sans plus tarder : c’est un vrai moment de bonheur ! ---------------------- Philippe VINCENT. décembre 2003 ------------------------------------- Le rendez-vous est une réussite, le spectacle fait mouche et le public en sort ravi. Par petites touches successives, avec des jeux de mots subtils, sa vision de la société est très précise et les thèmes sont toujours abordés humainement et avec tendresse. Un spectacle bien rodé, rapide, sans aucun temps mort. Le public suit, s’amuse et réfléchit sur ses mots, ses flèches. De l’inédit, de l’inattendu, entre rêve et émotion, rires et sourires, c’est une heure et demie de bonheur pour l’assistance. ----------------------------------------- « SUD-OUEST » février 2004 ------------------------------------------- "Un humour à fleur de peau. En une heure trente d’étourdissante présence et de textes ciselés, ce gars la vous met du baume au coeur pour le restant de l’année. ----------- « SUD-OUEST » avril 2004--------------------- "Un one man show époustouflant: Jean-François Balerdi a tenu en haleine son public pendant une heure et demie. Il joue avec les mots faisant passer le spectateur de l’humour à la poésie, de la philosophie de la vie à l’histoire de la société, avec beaucoup d’humour et de tendresse. Il a une énergie à revendre, il aborde tous les sujets, même graves, nous imite, promène son regard sur l’humanité. Comédien énergique, il le trimballe le public avec son spectacle simple mais sincère. Les spectateurs, durant une heure et demie ont été fascinés, étonnés...mais où trouve-t-il toutes ses idées, ses jeux de mots? Un spectacle délirant, étonnant et plein d’humour qui a fait que le public de « la Charcuterie » est sorti enthousiaste et avec un bol de bonne humeur en prime. --------------------- "La république des pyrénées" ------------ « …Jean-François Balerdi souhaitait trouver un public pour un soir et plus si affinités, il a submergé l’assistance, comblée par tant de fraîcheur comique. Un auditoire captivé qui a récompensé à son tour, cet artiste digne des plus grands, lors d’ une standing ovation. » --------------------------- LE RÉPUBLICAIN hebdomadaire sud- Gironde, 20 avril 2006